Évaluation des établissements

Enquête réalisée en mai 2018 auprès des établissements ayant bénéficié de l’opération « Cocktails à gogo » en 2017

Êtes-vous globalement satisfait de l’action de prévention « Cocktails à gogo » qui s’est déroulée dans votre établissement ?

Souhaitez-vous reconduire cette action pour l’année 2018 ?

Si vous avez été satisfait, pourquoi ?

C’est une action qui permet d’aborder différents sujets de préoccupation des élèves. Les enseignants peuvent ensuite en reparler avec eux. La technique utilisée est percutante pour les élèves. Les faire monter sur scène leur permet également d’être à l’initiative d’un message de prévention en rejouant une scène. /Le théatre intéractif est un outil de prévention où le public est actif : donc le message est analysé et pas simplement écouté. La prise de conscience est beaucoup plus solide de ce fait. /Pour la qualité de l’intervention, des débats et des échanges entre élèves et comédiens puis par la suite des discussions engagées en classe avec les cpe, l’infirmière et les professeurs principaux. J’apprécie également la synthèse des évaluations faites par nos apprenants en ligne. /L’interactivité du théâtre forum permet d’aborder les conduites à risque avec plus de dynamisme. L’action, menée en début d’année scolaire, est suivie par des opérations de prévention (Consommations à risques , sécurité routière…) /Bonne réactivité des élèves qui nous surprennent par leur finesse d’analyse et de jeux de scène /Le concept de l’interactivité est toujours libératoire de la parole des élèves et donc de l’efficience de l’intervention /Esprit de dialogue, qualité du jeu théâtral et de la réactivité, outil adapté, clarté du message de prévention /Les scènes jouées correspondent à la réalité, à ce que les jeunes peuvent vivre dans leur quotidien. La forme de théâtre interactive est intéressante et permet aux jeunes de s’impliquer et les pousse à la réflexion. /Intérêt manifesté par les élèves. Ils se sont sentis concernés par cette action, qui n’est pas dans le jugement mais implique que les élèves soient acteurs et soient porteurs de solutions face aux situations rencontrées. Qualité et réactivité des intervenants, qui sont à l’écoute des jeunes et adaptent leur langage au public . /C’est une action originale qui ne fait pas redondance avec d’autres actions que nous pouvons mener sur cette thématique. Surtout, c’est une action ou les jeunes peuvent s’exprimer sur des sujets qui les concernent. /Action très parlante pour les élèves avec une excellente interaction avec les comédiens et le meneur du débat. Un langage jeune qui parle aux jeunes. /Les thèmes sont clairement abordés par les acteurs, le médiateur a un rôle très important, les élèves ont été bien sensibilisés et ont participés /Une action de grande qualité, une bonne implicatin des élèves et des personnels /Le théâtre forum a captivé les lycéens qui se sont reconnus dans ces tranches de vie; cette illustration leur a permis de voir chaque situation avec du recul et de réfléchir voire proposer une solution autre à chaque problématique mise en scène donc en évidence. /Les élèves ont été captivés et ont engagé une réflexion sur le thème proposé. /Parce qu’elle permet d’aborder des questions qui sont difficiles à aborder avec nos élèves. Également parce qu’elle permet de libérer la parole des élèves et de les sensibiliser à des problématiques qui sont souvent tabous. /L’ intervention a « bousculé » les élèves, a engagé une réflexion. L’équipe a été à l’ écoute, l ‘interaction en 2e partie avec les élèves était trés appropriée. /Elle suscitée réflexion et échange entre adultes et élèves…ainsi que des projets d’actions partagées avec notre CFA voisin, dans le cadre du pôle territorial. /L’enthousiasme des élèves, leur intérêt pour cette représentation et surtout ce qu’il en est resté…Les messages passent extrêmement bien. /Cette action était tout à fait adaptée à notre public : les sujets traités étaient pertinents car ils avaient une résonance sur notre public et s’incarnaient dans des situations que peuvent rencontrer les jeunes dans leur quotidien ; la formule de théâtre participatif était accessible et motivante et a permis de faire réagir les élèves de manière assez spontanée. Ils ont été très sensibles à la violence de certains rapports entre jeunes et adultes qui, pour beaucoup d’entre eux faisait écho à des situations qu’ils vivent personnellement, dont la dégradation et les risques causés par la drogue, l’alcool , ce qui a été corroboré par leurs réponses aux questionnaires. /Discours en adéquation avec les problématiques actuelles et interactivité /Dynamisme de la troupe de théâtre, les réactions des élèves pendant et après le spectacle, les échanges entre les élèves et les adultes. /La qualité de l’intervention, des professionnels, et du lieu d’accueil permettent de toucher 120 élèves depuis l’année dernière. Nous comptons sincèrement pouvoir prendre rendez vous de manière annuelle avec cette troupe qui trouve un écho et un franc succès tant autant de la communauté éducative qu’auprès de nos jeunes. /Intervention dynamique jouée par de jeunes comédiens talentueux, avec une résonance particulière sur les élèves. /Sensibilisation adaptée au public accueilli dans notre établissement. élèves réceptifs et participatifs au contenu de la pièce. /Le théâtre forum est l’outil le plus efficace en éducation à la santé. /L’interactivité avec les apprentis, les thèmes abordés, la représentation théâtrale… /L’ action répond aux attentes des élèves, elle est ludique, elle fait participer les élèves sur des sujets qui les touchent dans leur monde d’ ados et qu’ ils n’ osent aborder avec des adultes. On les entend en rediscuter entr’eux dans la cours de récréation ou lors d’ autres interventions…. /Réalisme de la pièce. Qualité de la troupe. Thème abordés. Intéractivité /Le questionnaire que nous leur avons diffusé avant le forum a pu permettre d’ajuster et mieux comprendre les habitudes de nos lycéens. Le questionnaire retour a permis de montrer leurs attentes et leurs besoins. Cette action permet d’enclencher des choses, de la discussion, une prise de conscience aussi du mal être de certains élèves, de créer l’échange sans « retenue ». /Pièce dynamique qui s’adresse directement aux jeunes et qui leur permet de s’impliquer, de réfléchir mais aussi de poser des questions aux acteurs. /Parce qu’elle est très proche de situations vécues par nos adolescents. /Qualité de l’action : interactivité, thèmes percutants et prégnants /Implication des jeunes pendant l’intervention mais aussi leur retour les jours suivant sur votre prestation. /Action toujours aussi « réactive » qui aborde plusieurs problématiques liées à l’adolescence, son réalisme suscite toujours autant de réactions, de débats, et c’est l’objectif. /Les équipes pédagogiques engagées dans une démarche globale de prévention au sein du CFA, apprécient cette action qui complète leur investissement. /Correspond parfaitement aux attentes de l équipe investie dans le CESC /Sérieux de l’organisation ; pertinence de l’action ; impact très positif auprès des élèves ; aide au diagnostic (dépistage d’un cas de mal-être suite à l’intervention). /…

Pour cette action, êtes-vous satisfait de l’implication de la communauté éducative de votre établissement (Enseignants, infirmiers, assistants social, …) ?

Qu’est ce qui pourrait améliorer cette implication ?

Un temps à conserver après l’intervention pour poursuivre les échanges /Une stabilité de l’équipe et des personnes à temps complet sur l’établissement. /Une soirée spéciale professionnels /Les professeurs principaux sont bien impliqués pour les autres collègues enseignants c’est plus difficile car ils ont cours au moment de la représentation. /La date de l’action juste avant les vacances de novembre n’était pas opportune pour travailler avec les élèves dans l’immédiateté. /l’information de l’action auprès des adultes /Une meilleure participation à l’évaluation /Un temps d’information préalable /Une communication plus efficace, l’établissement est très grand et c’est une difficulté récurrente . /L’implication des personnels est variable selon leurs missions au sein de l’établissement et leurs projets liés à ces thématiques qu’ils mènent durant l’année. /Les enseignants sont assez peu investi sur ces problématiques. Peut être les intervenants pourraient être moteur de cet investissement par une intervention ciblée auprès des personnels. /Meilleure organisation interne /La participation de certains personnels est restée limitée malgré la sensibilisation effectuée en amont. /Les missions de chacun sont encore parfois trop cloisonnées malgré un travail pour sensibiliser l’ensemble de la communauté pédagogique aux missions éducatives. /L’obligation est la seule réponse /Faire comprendre et encourager tout à chacun à prévenir et agir en éducation à la santé. Les problématiques ne sont pas que du ressort de la CPE, de l’AS ou de l’infirmière. Chacun peut intervenir en matière de santé et de comportements à risques. /Le reconduction de l’action pour en faire un évènement rituel de l’établissement /Prévoir cette action de prévention à plusieurs professionnels et prévoir des séances sur plusieurs moments de l’année. Pourquoi pas une séance en soirée pour associer les familles /Préparer ensemble ce projet bien en amont de la représentation /Une prise de conscience de la communauté éducative de l’établissement pour laquelle le champ éducatif est peu (ou pas) exploré. /Que l’équipe enseignante soit plus concernée. /Une salle plus adaptée pour ce type de représentation /Inscrire les thématiques de cocktail à gogo dans la progression pédagogique de chaque discipline, de chaque enseignant, sur chaque niveau de classes. /Un travail en amont avec les différents partenaires. /Il faudrait consacrer plus de temps pour l’ « après » : prévoir un temps banalisé d’échanges paraît important car le spectacle a fait vivre des émotions au élèves qu’il était nécessaire d’apaiser : les professeurs ont pris le temps d’en parler mais peut- être faudrait –il anticiper ce temps et s’y préparer davantage pour permettre aux élèves d’évacuer leurs ressentis et libérer la parole. /Promouvoir cette action en collaboration avec les enseignants de PSE (préparer en amont les thèmes abordés au travers de ces mises en scène, prévoir un échange après cette opération de sensibilisation, en classe) /L’existence d’un CESC /Pour l’instant je n’arrive pas à trouver de réponse malgré les différents moyens utiliser pour les impliquer davantage. Les enseignants ne semblent pas se sentir réellement concerné de manière générale. /En un temps en amont de présentation de la compagnie théâtrale avec les équipes enseignantes pour présenter les objectifs et les finalités. /Plus de participation au CESC ( enseignants ) /Plus d’adhésion de la part des enseignants, de la vie scolaire, de la communauté éducative. Plutôt que parler de « valorisation de l’action » je préfère dire que cette adhésion permettrait une meilleure prise de conscience de la part de l’établissement de façon « globale ». cette action a permis d’alerter la communauté éducative sur les habitudes de nos lycéens et d’établir un diagnostic plus sensible. /Un présentation en amont de la pièce via une capsule vidéo. /Essayer d’inviter les membres de la communauté éducative qui ne sont pas convaincus par l’action. /Renforcement des actions de l’éducation à la santé et à la responsabilisation /La participation plus importante des professeurs /L’ensemble de la communauté éducative est investit dans une démarche globale de prévention. Des actions complémentaires ponctuent régulièrement « Cocktail à gogo » tant auprès des apprentis qu’auprès des entreprises /Une meilleure information des équipes pour une implication en aval de l action /Une plus grande implication des enseignants ; peut-être par la pérennisation de l’action ! /Un travail en amont avec les équipes sur l’importance de préparer en amont cette intervention, et de débriefer avec les jeunes en suivant. /…

 

A l’issue de la représentation « Cocktails à gogo », sur quelle thématique avez-vous mis (ou allez-vous mettre) en place d’autres actions de prévention ?

Observations complémentaires :

la mise en place d’actions requiert un calendrier et une cohérence dans la mise en place de ces dernières. Cette intervention est plutôt support d’un programme d’actions dans le cadre du CESC /L’action est de nouveau plébiscitée par notre établissement /L’intervention a marqué le début d’une série d’actions de prévention. /Ces actions sont mises en place tout au long de l’année scolaire et ne découlent pas forcément du projet « Cocktails à gogo ». Cependant cet outil reste un levier lors des différentes interventions en classes. /Cette action, qui implique les enseignants, leur permet d’avoir une vision globale des jeunes et des problèmes qu’ils rencontrent. L’échange avec eux a été très riche à l’issue du spectacle lors du moment de convivialité ayant été prévu à la fin de la représentation( proposition de cocktails sans alcool). /actions prévues avec l’infirmière, et actions ponctuelles /Nous organisons un forum santé en partenariat avec l’ IFSI de TULLE le 07 Juin sur les produites addictifs + l’abus des écrans /santé et sécurité au travail, risques pro et consommations /harcèlement, discrimination /Faire un travail de fond sur la confiance en soi pour savoir resister à la pression d’un groupe /Nous avons beaucoup travaillé sur la thématique du harcèlement, de la violence des mots ; c’était annoncé dans le plan d’action mais cela a été réactivé. Un atelier d’écriture a permis à 12 élèves d’exprimer leurs ressentis, l’inducteur étant « les écrits pour la fraternité et l’hospitalité ». S’il est plus difficile de mesurer comment les jeunes nouvellement arrivés en France ont ressenti la pièce, il est fort probable que leur ressenti de violence ou de manque de respect se soit exprimé à travers les questionnaires. Concernant les prises de risques sur la route, une grande part de prévention routière est étudiée et incluse dans une activité éducative consacrée au code de la route. /Addiction aux jeux vidéo, au portable… consommation substances psychoactives en fonction des choix du CVL /Le harcèlement, les incivilités /Projets en cours de réalisation en lien avec le PFAD (Laurent MASSONIE, MAIF…). /Suite à l’action, je suis intervenue dans les classes concernées pour un échange sur leurs réactions, ressenti, impressions et répondre aux questions sur les drogues. /Nous organisons un rallye citoyen pour les 3eme, nous participons avec la MAAF à la prévention de stupéfiants, nous continuons le projet de tribunal pas banal, nous travaillons à la sécurité routière, au bien-vivre ensemble, sensibilisation à la consommation responsable, etre acteur citoyen, aux égalités femme/homme, ect… /Nous organisons un forum santé bien être du lycéen en mars ou avril qui aborde plusieurs thématiques y compris l’alimentation et le sommeil. /Forum santé le 4 Mai avec police, protection civile, maif-prévention ,ANPAA… /Théâtre interactif qui parle aux jeunes et certains se reconnaissent dans les mises en situation, l’infirmière de l’établissement et les assistants d’éducation ont beaucoup discuté avec les jeunes le jour même , mais aussi après cela libère la parole. /Les autres thèmes seront aussi travaillés mais l’an prochain maintenant. /Mis en place d’un accueil « sevrage tabagique » et écoute « addictions au sein du CFA /Les interventions après la représentation sont organisées en grande partie en fonction des réponses de nos élèves à l enquête /Les thèmes choisis par le C.E.S.C. ont indubitablement été influencés par cette action et son impact auprès des deux classes concernées. /…

Suite à cette action, combien de jeunes en situation de mal-être ou de prise de risque ont été identifiés ? : 433

Parmi eux, combien ont été orientés vers des professionnels de santé (dans ou hors de l’établissement) ? : 305

Autres commentaires sur cette action :

Cette action permet à certains élèves de livrer une situation personnelle à coté de laquelle nous aurions pu passer ou que nous aurions découvert plus tardivement. L’équipe des acteurs est toujours très sympathique et efficace. Merci à eux. La réunion de préparation en amont est également je pense indispensable. /Un projet pilote va être mis en place avec Agora sur le mal être et les addictions. Les élèves de cette classe suivis sur 3 ans ne participeront pas à Cocktails à Gogo. Ceci étant environ 120 élèves seront concernés par Cocktails à Gogo 2018 2019. /Il est difficile de quantifier le nombre d’élèves repéré suite à cette action (c’est notre quotidien). Nous pensons que cette action aura encore plus de pertinence et d’efficacité si nous disposons de plus de temps pour préparer l’intervention (trop proche de la rentrée des classes /les jeunes en prise de risque sont souvent déjà identifiés, et c’est certains d’entre eux que nous dirigeons prioritairement vers cette intervention. /A notre avis, le sens et le succès de l’intervention ne se mesurent pas à l’aune du nombre d’élèves en mal-être repérés à sa suite, mais plutôt par rapport à l’espace d’échange ouvert aux élèves. Le repérage et l’intervention sur des élèves en mal-être relèvent d’un travail concerté et sur la durée en équipe éducative. /Lorsqu’un jeune est identifié en situation de prise de risque ou de mal être, il est difficile de savoir si cela est suite à l’action « Cocktails à gogo ». C’est la raison pour laquelle nous avons mis « 0 » aux 2 dernières questions. /à poursuivre /Excellents retours des élèves et des enseignants. Des parents ont aussi évoqué cette action. Nous souhaitons la reconduire l’année suivante, en 2018, pour ainsi en faire bénéficier tous les niveaux du lycée. /La meilleure intervention théâtre forum vue à ce jour. Nous pensons que vous pourriez prendre plus d’élève pour une séance /Troupe très agréable avec de grandes compétences relationnelles face au groupe élèves. bonne adaptation des intervenants sur le planning et le local. /Le questionnaire d’évaluation pour les élèves cible bien les actions complémentaires à mettre en œuvre. /Grand bravo et merci aux organisateurs et à la troupe et en ce qui concerne notre établissement , à la prise en charge financière de cette action . /L’action a concerné nos élèves routiers de la 2nde à la Terminale mais ils ne sont pas les seuls dans l’établissement…nos élèves du Bâtiment , des travaux publics sont également  » à risque » et auraient bien besoin de cette action /Cette action est tout à fait adaptée à notre public de la tranche d’âge des 17- 18 ans car ils ont acquis une relative maturité, ont été déjà sensibilisés à ces questions et sont capables de conscientisation. De surcroît , certains ont une pratique du au théâtre d’improvisation dans le cadre des activités éducatives et sont davantage prêts à verbaliser et nourrir un échange là où leurs camarades de 16-17 ans ont moins de recul et d’expérience . Il est plus difficile de concerner les garçons car ils se livrent moins. Un regret : qu’un élève ayant une problématique d’addiction au cannabis n’ait pu assister à la séance (qui a été cependant suivi par la Source) Le souhait serait que plus de jeunes soient concernés et que l’on trouve un créneau qui soit le plus mobilisateur dans le temps de formation morcelé par des stages professionnels /Professionnalisme des intervenants /Les jeunes en état de mal être étaient déjà identifiés et pris en charge /A voir avec les enseignants /MERCI /Action à renouveler sur un thème différent /Acteurs exceptionnels, dynamiques, très investis dans les messages à faire passer : les dialogues et les mises en scènes sont remarquablement adaptés aux adolescents. Très bon contact avec les jeunes. Nos élèves ont été particulièrement réceptifs, respectueux et participatifs. Cet outil permet une véritable accroche sur les conséquences des conduites à risques et addictives. /ceux en mal-être étaient déjà repérés et le cas échéant déjà référés /Un grand merci au Réactif Théâtre pour leur implication et leur professionnalisme. C’est un excellent moyen de conjuguer action culturelle (représentation théâtrale) et action éducative (prévention des jeunes), le tout soutenu par les services de l’éducation nationale. Une expérience appréciée par tous (apprenants, enseignants, équipe éducative,…) et pour tous. A reconduire et à faire partager aux plus grands nombres… /Bravo aux acteurs et à l’animateur /En lycée professionnel, de nombreux élèves ont des conduites à risques et « Cocktails à gogo  » permet d’aborder de nombreux thèmes liés à l’adolescence. C’est une bonne base en début d’année pour mettre en place des actions plus ciblées. /Cette action permet vraiment de faire ressortir des problématiques non détectées jusque-là et cela permet une réelle prise de conscience pour certains jeunes des risques sur la santé, sur l’environnement et la légalité de leurs actes. Cela permet de pointer la « banalisation »de ces conduites à risques et de les amener à réfléchir. Ils sont dans l’interactivité et ne sentent pas jugés. Ils oublient au bout d’un moment qu’ils sont dans le jeu. /Action indispensable dans notre établissement situé en milieu rural.Cette action libère la parole et nous permet d ‘accomplir un travail plus facilement avec nos jeunes.Ils s’expriment plus librement sur leur comportement le Week-end quand ils sont en sortie avec les copains . Merci encore . /Deux questions de cette enquête commencent par « A l’issue de la représentation » ou « suite à cette action ». Cela semble induire que les effets observés sont induits exclusivement par cette action, en tant que facteur déclenchant d’une prise de conscience ou d’une libération de la parole. Or, d’autres actions du C.E.S.C. peuvent avoir produit ces mêmes effets. Il est donc difficile d’en attribuer le mérite exclusivement à « Cocktails à gogo » mais plutôt comme partie d’un tout. /Action très bien mais aucune implication de la part des autres personnes du lycée /Le retour de la communauté éducative est très favorable à la reconduction de cette action.